Logements sociaux, pour actifs, la situation...

Publié le par CONTES AVENIR

Logements sociaux, pour actifs, la situation...

Au nom de la liste constructive d'Union et de rassemblement de l'Olivier, je vous rejoins sur un point : Il est inimaginable tant techniquement, que financièrement, que socialement, de réaliser à d'ici 2025, la construction de 600 logements sociaux !

Il en va de l'équilibre même de la commune ! J'attire tout de même l'attention que si on en est là aujourd'hui c'est suite à votre politique en matière de logement mise en place depuis plus de 15 ans !

Vous avez sciemment choisi de carencer la commune en logements sociaux. Aujourd'hui la Loi vous donne tord, avec les conséquences suivantes :

1- sanctions pécuniaires multipliées par 5 pesant sur le budget communal et donc sur les contois, 2- menace de préemption et délivrance par le Préfet des permis de construire sans notre avis,

3- pour finir le risque de rejet de notre futur PLU et dépendre de fait du règlement national d'urbanisme.

Cette état de carence nous ferait perdre la maîtrise totale de notre occupation des sols alors que notre liste c'est toujours battue pour que notre commune reste indépendante et décisionnaire en la matière.

Cette politique menée, que vous dite de gauche, enregistre 4 % de logements sociaux sur les 20 à 25 obligatoire. Quelle ironie quand on sait que la loi SRU a été votée par une majorité socialo-communiste en décembre 2000, sur proposition d’un ministre communiste, Jean-Claude Gayssot, et durcie en 2013 par vos amis de circonstance.

Pour conclure, nous sommes donc pris en otage et les solutions sont maintenant restreintes. Vous nous parlez d'une centaine de logements envisagés dans les années à venir. Nous serons attentifs de leur lieu d'implantation et des types proposés.

Nous demandons :

1- d'engager des négociations avec le Préfet afin d'éviter toutes sanctions irréversibles dans l'intérêt des contois.

2- que les demandes en logements sociaux des contois soient satisfaites à la fin de cette mandature.

Nous en avons les moyens et le devoir.

N'oublions jamais que nous sommes élus par les contois, pour les contois !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article